Résultats    Résultats    
IUT dans la presse
0 sélectionnée(s) / 17 réponse(s) « 1 2 (3) 4 »

Les formations courtes "à la française" s'exportent bien
Seingier Hélène
Le Monde, supplément Universités et Grandes écoles , 22430 , 23/02/2017 , p. 10
Le modèle des formations dispensées par les IUT en France est de plus en plus reproduit à l'étranger. Ainsi, la durée des formations, l'importance donnée à la pratique, ou encore l'adaptation des enseignements aux besoins des territoires, sont des éléments appréciés par d'autres pays du monde qui manquent de techniciens supérieurs. De nombreux échanges sont mis en place, l'exportation de ce modèle étant aussi un enjeu économique et politique pour la France.

Un séjour à l'étranger peut faire la différence
Guiomard Gwenole
Le Monde, supplément Universités et Grandes écoles , 22430 , 23/02/2017 , p. 4
Faire un séjour à l'étranger est un atout pour les étudiants. C'est pourquoi de plus en plus d'établissements proposant des formations en deux ou trois ans donnent cette possibilité à leurs étudiants. C'est le cas des IUT avec le Dueti (Diplôme universitaire d'études technologiques internationales) ou des grandes écoles avec le Bachelor.

BTS, IUT : stop ou encore ?
Davidenkoff Emmanuel
Le Monde.fr , 21/02/2017 , .
A leur création, les BTS et les DUT devaient permettre une insertion professionnelle à bac +2. Cependant, en raison de différents facteurs, ils sont plutôt considérés aujourd'hui comme un tremplin vers des études plus longues. Des mesures sont donc prises pour tenter d'inverser la tendance.

BTS, IUT : stop ou encore ?
Davidenkoff Emmanuel
Le Monde.fr , 21/02/2017 , .
Le modèle français de formation des cadres intermédiaires en BTS et DUT, plébiscité par le monde économique, est devenu absurde. Détourné comme passerelle pour faire des études longues, en deça du niveau Licence fixé par la norme européenne LMD, il exclut les bacheliers technologiques, alors même que certains secteurs peinent à recruter des techniciens du supérieurs.

Quotas dans les BTS et IUT : un premier bilan positif
Corbier Marie-Christine
Les Echos , 22288 , 30/09/2016 , pp. 6-7
La loi sur l'enseignement supérieur et la recherche (ESR) du 22 juillet 2013 a mis en place des quotas de bacheliers technologiques et professionnels en BTS et DUT, qui trop souvent se retrouvaient en échec à l'université. Trois ans après, cette mesure donne des résultats positifs en matière de réussite universitaire et des places supplémentaires doivent être créer en STS et IUT pour faire face à l'afflux d'étudiants.
« 1 2 (3) 4 »